Claude Suzanon a été élu hier à la tête du Parc amazonien de Guyane. Il remettra son mandat en jeu après les municipales de 2014.

Claude Suzanon (à gauche) succède à Hermann Charlotte pour un mandat « provisoire » (ASM).Ils n'étaient pas nombreux hier à se bousculer pour prendre la succession d'Hermann Charlotte à la tête du Parc amazonien de Guyane (Pag). Le conseil d'administration a même fortement insisté pour que celui-ci conserve la présidence au moins jusqu'aux prochaines municipales. Mais le premier président du Parc national avait pris sa décision, ferme et irrévocable. « Le moment est arrivé où il faut que je m'occupe de moi et de ma petite famille » , a expliqué celui qui quittera aussi bientôt le fauteuil de maire de Saül.

Finalement, un seul candidat s'est présenté à la succession d'Hermann Charlotte : Claude Suzanon, jusque-là premier vice-président du parc et président de la Sepanguy. Il a été élu à l'unanimité, mais son mandat sera de courte durée. En début de séance, le conseil d'administration a en effet voté une motion lui permettant de remettre son mandat en jeu après les élections municipales, soit en avril 2014. « Je vais présider mais je pense qu'au cours de l'année prochaine, je vais remettre en jeu mon mandat » , confirmait d'ailleurs l'intéressé juste après son élection, sans savoir s'il se représenterait à ce moment-là.

La situation est en fait complexe pour le parc comme pour les communes qui le composent. Les cinq communes doivent se prononcer sur la validation de la charte du Pag avant les municipales. Le sujet est une planche savonneuse pour les maires tant il fait polémique dans les communes concernées. Par ailleurs, un maire élu à la tête du parc ne pourrait y rester s'il n'était pas réélu en tant que maire. Autant dire que le calendrier, pour le coup, n'était pas franchement favorable à une élection sereine.

La charte en deux mots

Pour faire simple, la charte est une sorte de contrat passé entre le parc et la commune. Si celle-ci valide la charte, la partie de son territoire situé en zone de libre adhésion reste au sein du Pag avec la possibilité de s'appuyer sur le parc pour la protection de son environnement mais aussi son développement économique. Si elle n'adhère pas, la partie située en zone de libre adhésion sort tout simplement du parc. La zone de coeur, elle, reste quoi qu'il arrive au sein du Parc national.

Source: http://www.franceguyane.fr/actualite/education-sante-environnement/claude-suzanon-un-president-de-transition-au-parc-national-179706.php